Intéret des Dinantais

Intérêt des Dinantais sur Matélé

Il est encore temps de regarder le débat qui opposait les 5 têtes de liste à Dinant ICI.  Axel Tixhon, notre tête de liste et candidat Bourgmestre y défend notre programme, construit pour et avec les Dinantais, avec sérénité et brio.

Regardez égalementDelphine Claes, n°2 sur la liste ID! Intérêt des Dinantais, dans son interview des « femmes, 2ème de liste »

Notre soirée électorale

Rejoignez-nous dans le foyer et le bar du Centre Culturel de Dinant, dimanche 14/10 à partir de 16h30 pour la soirée électorale de la liste ID !, Intérêt des Dinantais.  Bienvenue à toutes et tous!!

Message vidéo d’Axel Tixhon, capitaine de l’équipe Intérêt des Dinantais

ID ! Une équipe solide, soudée, prête à travailler pour permettre à tous les Dinantais de mieux vivre ensemble dans leur commune !

Avec Axel Tixhon, le capitaine de l’équipe, notre candidat bourgmestre, ensemble, donnons vie à vos idées !  A dimanche!!

Notre programme est en ligne

Découvrez chaque jour ICI à partir de ce lundi 1er octobre une candidate ou un candidat de la liste ID! qui vous présente la partie de notre programme qui lui tient particulièrement à coeur. Cette semaine, le programme complet dans votre boîte à lettre. Pas reçu d’ici vendredi 5 octobre? Adressez nous un mail à info@interetdesdinantais.be. Nous nous ferons un plaisir de vous le faire parvenir. Bonne lecture!!!

Merci à tous ceux qui sont venus à notre rencontre

Ainsi, se termine notre périple parmi les villages de notre magnifique commune. Rien de tel pour redécouvrir ces villages et ces quartiers et rencontrer les habitants, et ce sont les carnets pleins de notes et les têtes pleines de projets que nous continuons à travailler sur un programme issu de ces ballades studieuses, de ces réflexions et de ces remarques. Programme que vous découvrirez très prochainement sur ce site.

Merci à toutes et à tous qui sont venus dans chaque village et quartier, nous rencontrer et nous exposer leur quotidien et comment, selon eux, l’améliorer. Sachez que toutes vos remarques ont été soigneusement notées et feront l’objet d’un examen approfondi cas par cas, lorsque, grâce à vous, le 14 octobre, la liste « Intérêt des Dinantais » emmenée par Axel tixhon, candidat Bourgmestre de Dinant, sortira vainqueur de ces élections et pourra se mettre immédiatement au travail pour vous mais, surtout, avec vous.

Herbuchenne et Gemechenne, ultime étape de « Nos vacances chez vous »

C’est toujours sous le soleil, qui nous aura accompagné tout au long de ces deux mois de visites chez vous, que nous sommes accueillis à Herbuchenne le dimanche 9 septembre. Que constate-t-on?

> Avant tout, un point extrêmement dangereux : l’insuffisance de trottoirs le long de la chaussée du Pont d’Amour. Or, cette chaussée est empruntée par les élèves tous les jours de l’année scolaire mais aussi par les résidents des deux maisons de repos situées à proximité. Le budget nécessaire à la réalisation de ces travaux a déjà été voté depuis plusieurs années mais les travaux n’ont jamais été réalisés. La vitesse y est évidemment excessive, le tout représentant un danger permanent pour les nombreux piétons et promeneurs. Il est primordial d’assurer rapidement la réfection de cette route en y aménageant des équipements de ralentissement et en y installant des trottoirs sécurisés pour les usagers faibles.

> Un espace stratégique pour Dinant : la « plaine de Montfat »
Le site de l’ancienne plaine de Montfat est abandonné depuis plus de quinze ans. La commune devrait acquérir cette propriété ainsi qu’une portion des parcelles avoisinantes afin de rejoindre le terrain communal occupé par le stade de football. Le Plan Communal d’Aménagement de l’ensemble de la zone située entre la chaussée, la route privée conduisant à la citadelle et la route de Bon air doit être modifiée afin d’assurer son développement. Des activités de loisirs et un grand espace de stationnement doivent y être prioritairement aménagés. Un lieu de rencontres intergénérationnelles serait idéalement situé à cet emplacement.

> Un poumon vert à proximité de la ville : la plaine des manœuvres
Un bel espace qui accueille le local des scouts, l’observatoire et un bel espace de promenade et de ballade. Hélas, les nuisances sonores engendrés par certaines troupes scouts et surtout le rendez-vous nocturnes de de trafics suspects et le réceptacle de déchets abandonnés. La police n’y vient malheureusement que rarement.

> Le quartier d’habitations sociales de Gemechenne : vers une meilleure qualité de vie ?
Les principaux problèmes concernent encore l’état de la voirie et surtout la vitesse excessive de certains véhicules ne respectant pas la limite de 50KM/H. Là aussi, la propreté des espaces publics (abandon de déchets, déjections, dégradations) est problématique dans l’ensemble du quartier. De manière unanime, les habitants regrettent l’absence d’un espace partagé pour les enfants, mais soulignent le bon état de la salle communautaire qui constitue un très bel outil pour l’organisation d’activités pour le quartier.

En route pour Bouvignes et Wespin, le 2 septembre

Le 2 septembre, nos pas nous ont conduits à Bouvignes d’abord, à Wespin ensuite.

Nous en retenons plusieurs points remarquables dans ces deux villages :

Le point noir unanime : la circulation routière à travers Bouvignes
Vitesse excessive (encore!!) surtout la nuit, 9 accidents graves en 5 ans doublés d’une circulation intense inquiètent les habitants et méritent une attention urgente

Le patrimoine architectural de Bouvignes : une richesse trop peu valorisée
La place du Baillage, la rue Richier, les portes Ste Barbe et de La Val, l’église Saint Lambert et les ruines de Crèvecoeur, au cœur de l’ancienne cité sont toutes des richesses patrimoniales inestimables. Mais on doit mieux les valoriser par des petits aménagements légers (fleurissements, nettoyage, … mais aussi plus conséquents en restaurant la très belle chapelle Ste Ermelinde qui tombe en ruines.

Une rénovation urbaine d’ampleur mais encore incomplète
La société d’habitations sociales « La Dinantaise » a supporté une grande partie des dépenses effectuées dans le cadre de la réhabilitation du site de l’ancienne usine textile. Des logements modernes accueillent de nombreuses familles dans un environnement urbain de meilleure qualité. Mais il manque cruellement d’espaces de loisrs et de jeux. Améliorer la circulation des deux roues et des PMR sur le chemin de halage est également attendu.

Le quartier de Wespin : un lieu où il fait bon vivre grâce… à ses habitants
De belles allées bordées de maisons coquettes, fleuries et aux jardins bien entretenus. Malheureusement, comme dans bien d’autres cas, les espaces publics sont laissés à l’abandon. La plaine de jeux est dans un triste état. Mais une autre initiative citoyenne se développe : le jardin partagé, cultivé par les habitants, sur un terrain mis à disposition par la Ville. Bel exemple de mouvement citoyen que nous soutenons particulièrement. Mais il y a encore à faire : les voiries du quartier et leurs trottoirs vieillissent mal. Les avaloirs sont régulièrement bouchés et des problèmes d’égouttage se multiplient. Et une fois de plus, l’absence des services communaux est, ici aussi, soulignée.

Nous terminons cette visite par un barbecue convivial qui a réuni nos candidats, leurs familles, des habitants de Wespin et de nombreux sympathisants.

Dréhance et Furfooz, le 26 août

Le dimanche 26 août, ce furent Dréhance et Furfooz qui nous accueillent. Une fois de plus, la vitesse excessive dans les villages est montrée du doigts par les habitants qui nous reçoivent. De plus, l’état de la route qui traverse le village de Dréhance est catastrophique.

Nous avons visité des équipements « modèle »
Dréhance bénéficie d’une école primaire récemment rénovée grâce à des subsides obtenus durant la législature 2006-2012 et d’une place de village bien aménagée (parking spacieux, plaine de jeux, terrain de pétanque). De plus, le comité de village est un des plus dynamiques de la ville. Il gère la salle appartenant aux œuvres du Doyenné et organise la grande kermesse qui se déroule à la fin du mois d’août. Grâce aux bénéfices récoltés, il a pu aménager un espace partagé très accueillant à côté de la salle. Une aire de pique nique, une plaine de jeux et des équipements sportifs ont été installés sur un terrain communal. Ces infrastructures ont été financées aussi par des subsides émanant de la fondation roi Baudouin. Le comité soutient aussi l’école et le club des jeunes qui dispose d’un petit local dans la salle. Bel exemple de réappropriation de leurs espaces par les citoyens.

Des insatisfactions à l’égard des services communaux
Le comité de village regrette toutefois le peu de soutiens apportés par les équipes d’ouvriers de la commune. L’entretien des espaces publics laisse à désirer malgré les demandes répétées des habitants du village.

Même constat àFurfooz : l’état de la rue du camp romain
Comme à Dréhance, la chaussée traversant le village est dans un état inacceptable. La rue du camp romain est ponctuée d’une multitude de nids de poule. La vitesse y est, cependant, aussi excessive.

Des équipements collectifs de qualité mais peu entretenus
Le comité de village qui gère la salle communale souligne les besoins de rénovation et d’entretien de la salle, de ses abords et de l’église. Il souligne l’absence des services communaux et le manque d’entretien et de nettoyage, notamment du site des aiguilles de Chaleux, fort fréquenté par les promeneurs.

Inquiétudes des habitants : agriculture industrielle, kayaks, propriétaires terriens
Un projet d’extension d’une installation agricole inquiète de la population du village. Il prévoit l’élevage intensif de milliers de volailles, de centaines de cochons et de près de mille veaux.

Encore et toujours la Lesse : les habitants des bords de la Lesse témoignent de la présence trop importante des kayaks sur la rivière en été. Ils militent pour le développement d’un éco-tourisme plus respectueux des richesses environnementales et historiques de la vallée. Furfooz, avec son parc naturel, les aiguilles de Chaleux et son bâti bien préservé mérite une valorisation plus importante dans le cadre d’un tourisme de qualité. Des voix s’élèvent aussi contre les manœuvres tentées par d’importants propriétaires terriens en vue de supprimer une série de sentiers traversant leurs cultures.

Comme dans la plupart de nos villages visités, reviennent systématiquement vitesse, manque d’entretien des voiries et des installations publiques et surpopulation de la Lesse. A retenir!!

Le 19 août à Anseremme

Un site exceptionnel qui pourrait être mieux géré : la zone de loisirs de la Darse

Plusieurs points à améliorer ont été soulevés par les citoyens venus à notre rencontre :
> La coexistence de la Darse d’Anseremme et d’un quartier résidentiel proche qui entraîne parfois des nuisances pour les riverains
> le manque de contrôle des comportements nuisibles ou pollueurs (campeurs, vitesse excessive (encore elle!). Les contrôles policiers sont rares et les règles de stationnement ne sont pas assez bien respectées.
> les installations du site qui pourraient bénéficier d’un rafraîchissement nécessaire (pontons du port de plaisance, aire de pique nique, aire de jeux)
> des toilettes publiques seraient aussi nécessaires sur les lieux.

Un comité dynamique dans le quartier du Prieuré !
Le comité organise, chaque année, une brocante lors de la kermesse d’Anseremme. Grâce à cette activité , il peut animer le petit quartier typique du Prieuré. Ses membres ont l’objectif de remettre en activité un four à pain qui existait sur un terrain appartenant à la fabrique d’église d’Anseremme. Ils ont aussi fabriqué leur propre panneau pour inviter les conducteurs qui traversent le quartier de respecter la vitesse de 30 Km/H. Belle initiative.

Le cœur d’Anseremme : la place de l’église et ses abords
Avec la forte présence de touristes durant la saison, il y a d’importants soucis de propreté. Les espaces publics proches ne sont pas bien entretenus. L’espace pittoresque situé au confluent de la Lesse et de la Meuse, normalement accessible par des escaliers, est laissé dans l’abandon le plus complet alors qu’il est destiné à servir de lieu de pique nique. Le sentier de la Gripelotte, tout proche, est continuellement jonché de déchets.

Des installations sportives fréquentées : le terrain de football et le hall de l’Erso

Le club de football d’Anseremme dispose d’installations bien rafraîchies. mais le terrain est encore confronté à des problèmes de drainage. Le comité espère bénéficier de l’installation de l’éclairage afin de pouvoir organiser des entraînements et des matchs en nocturne. De nouveaux terrains sont prévus dans une zone de loisirs située entre le nouveau lotissement et les habitations actuelles.
Le hall de l’ERSO est fréquenté par le club de tennis de table, l’académie de Boxe, et la grande salle est utilisée par des équipes de volley ball. Le hall appartient à la commune depuis plusieurs années et mérite, vu les nombreuses activités qu’il accueille, des investissemsnts notamment au niveau des vestiaires, toilettes et d’une buvette.

Inquiétudes pour la vallée de la Lesse
La route longeant la Lesse depuis le pont Saint Jean jusqu’au gué de Walzin est fort fréquentée par la clientèle touristique durant la saison. Elle emprunte la rue des Forges qui est bordée de plusieurs habitations. La vitesse y est excessive malgré la présence de panneaux et d’un dos d’âne particulièrement dissuasif.
L’exploitation massive de la Lesse par les sociétés de location de kayaks entraîne de nombreux désagréments pour les riverains et les autres usagers de la rivière. La pollution est particulièrement forte aux abords des barrages de Walzin et de Villatoile. Les contrôles sont insuffisants le long de la Lesse.

Falmagne et Falmignoul, c’était le 12 août

On peut facilement deviner ce que les habitants des deux localités nous soulignent: la traversée de la chaussée Dinant-Beauraing.

Le long de la chaussée Dinant-Beauraing, traversant les villages de Falmagne et Falmignoul, les riverains se plaignent de la vitesse excessive des véhicules, dans les deux sens. La limitation à 50 Km/H est trop rarement respectée malgré la présence (trop peu dissuasive) d’un radar. Des aménagements de voirie, en chicannes p.ex., sont indispensables.
Le long de la même chaussée, le cheminement pour les piétons est dangereux et peu confortable alors que les deux localités sont traversées par de nombreux sentiers de promenade fort fréquentés donnant sur les superbes points de vue des vallées de la Lesse (vers Walzin et Chaleux) et de la Meuse (vers les cascatelles et Freyr).

Des équipements collectifs décevants à Falmignoul : une école sinistrée sur une place à l’abandon

L’école communale de Falmignoul est installée dans un bâtiment construit dans les années 1990 qui souffre d’importants problèmes d’humidité. Une rénovation est nécessaire depuis des années sans qu’aucun signe d’amélioration ne soit perceptible. Une association de parents dynamique multiplie les activités mais est découragée par le faible soutien reçu de la part du pouvoir communal. Un espace multisports promis lors de la législature 2006-2012 n’a jamais été réalisé et le projet est désormais abandonné. Des plaintes s’élèvent également à propos de la faible qualité des repas servis pour la cantine scolaire.

La place du village n’est pas du tout accueillante. Elle est vaste et est bordée par le pittoresque ruisseau de la Prée qui serpente, dans le bas du village de Falmignoul. Elle sert exclusivement de parking pour des véhicules dont d’imposants véhicules qui y occupent de nombreuses places de manière anarchique. Elle dispose, cependant, d’importants atouts pour devenir une halte confortable (avec bancs, tables, petite plaine de jeux) à proximité d’une boulangerie en plein développement et d’une célèbre brasserie.
Le centre de Falmignoul devrait également être plus sécurisé en y implantant une zone « 30 Km/H » équipé de ralentisseurs. Les abords de l’église ne sont pas systématiquement entretenus. Le sanctuaire pourrait être ouvert plus souvent et servir de lieu d’accueil pour les nombreux promeneurs qui découvrent la région. Un point de distributeur de billets serait également nécessaire. Les habitants et les touristes doivent se rendre à Beauraing ou à Dinant pour en bénéficier.
La salle des échos de la Lesse attend une rénovation depuis longtemps. Elle devrait être gérée par l’association de parents de l’école de Falmignoul. Dans ce dossier également, les délais s’allongent…

Un havre de paix : le village de Falmagne
La place du Baty est un des endroits les plus pittoresques et les plus agréables de la commune. La circulation des voitures y est assez rare dans la mesure où l’endroit n’est pas un lieu de passage très fréquenté. Les activités agricoles y sont encore importantes. Le village a conservé son allure rurale caractéristique. La drève de hêtres, située en plein cœur de la place, doit toutefois faire l’objet d’un soin tout particulier.
La plaine de jeux, située à proximité de l’église, est dans un état acceptable, mais, vu la place disponible, elle pourrait être plus importante et équipée de nouveaux aménagements (barbecue, abri, tables, hôtels à insectes, etc…).
Les habitants soulignent, enfin, et une fois de plus, une présence trop rare des ouvriers communaux. Ils évoquent un sentiment de « mise à l’écart ».
Depuis quelques années, le village bénéficie également du dynamisme d’un nouveau comité des fêtes qui organise de nombreuses activités et une kermesse très bien fréquentée. La question des infrastructures utiles pour l’accueil des participants à ces manifestations pourrait se poser…

Nous visitions Leffe le 5 août

Un sentiment unanime à Leffe : le manque d’entretien généralisé
Une des entrées de la ville, qui accueille la célèbre abbaye, connue dans le monde entier. Mais la route touristique des Fonds de Leffe est en mauvais état.
La plaine de jeux, datant du début des années 2000, n’est plus du tout accueillante et nécessiterait quelques simples travaux d’entretien.
Les monuments aux victimes du 23 août sont envahis par la végétation ;
La salle « La Rochette Michel Maurer » nécessite un important rafraîchissement et on constate que les avaloirs des fonds de Leffe et de la rue Camille Henry sont continuellement bouchés.

Vu la densité des habitations et la présence d’importants établissements commerciaux, le stationnement est problématique dans le début de la rue Himmer, dans la rue Camille Henry et le long de la chaussée d’Yvoir . Il est donc particulièrement important d’aménager les parkings devant l’abbaye et de favoriser la création de petits espaces de stationnement là où c’est possible le long de ces rues.
La promenade se termine par une petite visite rafraîchissante à l’intérieur de l’abbaye où l’Abbé Benoît et les pères Bruno et Augustin nous accueillent. Nous terminons enfin le verre de l’amitié avec des membres du Comité de Leffe dans la petite buvette de l’ancien club de balle pelote.

Le 29/7, c’était au tour de Loyers et Awagne de nous accueillir

A Loyers, deux points noirs, devenus habituels, sont relevés : vitesse excessive dans les villages sur la route Dinant-Spontin et le manque d’entretien des espaces publics :

> Le trafic routier engendre une vitesse excessive des véhicules qui empruntent la chaussée, en particulier les camions (en semaine) et les motos (week-end). Il serait intéressant d’y placer un radar permettant de contrôler la vitesse dans les deux sens. La route coupe également le village en deux parties (haut et bas) et constitue une liaison rapide vers l’autoroute E411 via Spontin.
> La plaine de jeux est dans un triste état alors qu’elle a moins de dix ans d’existence. L’espace devant l’église, muni de panneaux de basket, est peu accueillante. Les installations du club de football sont vétustes alors que celui-ci accueille le plus de jeunes (80 enfants) parmi les autres clubs de la commune. Enfin, Une chapelle privée (construite par la famille Fonder) est à l’abandon.

Awagne bénéficie d’un cadre de vie très agréable : les anciennes constructions situées dans le cœur du village sont bien restaurées et entretenues, des gîtes de qualité y attirent une clientèle touristique toute l’année, une épicerie proposant des produits issus du circuit court s’est récemment installée et un comité de village dynamique organise des activités bien suivies. La salle communale installée dans l’ancien école est bien équipée et l’espace multi-sport est de bonne qualité.

Certains aspects doivent toutefois être surveillés :

> L’urbanisation des terrains situés au lieu-dit « Les Commognes » est très contrastée par rapport à l’habitat traditionnel du reste du village
> Les chemins communaux émaillant la localité ne sont pas systématiquement entretenus et le balisage n’est pas toujours impeccable ;
> Enfin, le presbytère est un bâtiment de belle qualité architecturale qui mériterait une meilleure mise en valeur.

Foy Notre-Dame et Boisseilles, le 28 juillet

Comme à chaque visite dorénavant, c’est la sécurité routière qui est pointée du doigt. Cette fois, il s’agit de la route Dinant-Celles, où le trafic routier sur la chaussée peut être dangereux étant donné la vitesse de certains véhicules. Celle-ci est limitée à 70 Km/h mais la largeur de la route (trois bandes !) ne dissuade pas les conducteurs. L’idéal serait d’obtenir la mise à deux bandes de la chaussée en la bordant de pistes cyclables, par exemple et en prolongeant ce dispositif jusqu’au Froidvau. On déplore également l’état d’entretien de la voirie et de la signalisation à l’intérieur du village.
On souligne également l’attrait touristique et patrimonial des villages : le château, la ferme et la petite chapelle privée constitue un patrimoine intéressant même si le petit édifice religieux ne présente aucun intérêt architectural.
Par ailleurs, un patrimoine exceptionnel de Wallonie : le plafond de l’église Notre-Dame de Foy Notre Dame.

Quelques aspects à surveiller/améliorer dans ce contexte :
> Attention aux projets urbanistiques qui risquent de dénaturer le village (division de maisons, mise en location de petits appartements) ;
> Abandon de l’ancienne « Bricole » avec ses infractions urbanistiques (sas sur le domaine public, annexe « temporaire » à l’arrière) ;
> Parking non aménagé à l’arrière de l’église ;
> Monument peu entretenu à l’entrée du village en venant de Sorinnes.

Sorinnes, le 22 juillet

Le point noir unanime : le manque d’infrastructures communautaires.

Un comité des jeunes très dynamique et actif, composé d’une trentaine de membres du village et de localités environnantes, est le principal animateur de la vie villageoise. Il ne dispose, malheureusement, que d’un local insalubre, non sécurisé et même dangereux. Il ne souhaite pas déménager  vers le centre du village afin de ne pas en déranger les habitants. La demande est donc de pouvoir sécuriser le local existant en y apportant les réparations les plus avant de reconstruire un local mieux adapté

Il n’existe aucun espace de jeux pour les enfants alors qu’il y a un important établissement scolaire dans la localité et que le village devrait connaître une importante croissance de sa population.

Les lieux collectifs sont particulièrement insuffisants ou inexistants. La proximité de la chaussée constitue aussi un danger même si aucun accident grave n’a heureusement eu lieu. La traversée de la chaussée est bien signalée et les piétons sont protégés par des garde-corps.

Un grand projet inquiète : le lotissement de plus de cent logements au centre du village

La grande parcelle située entre les rues Marot et Didion fait l’objet d’un vaste projet de lotissement Les habitants craignent les nuisances provoquées par une trop forte densité de population (trafic automobile, proximité de certaines habitations, bruits). Même si ce projet envisage la construction  d’une station d’épuration des eaux usées des habitations du lotissement et de celles de la rue Marot.

L’impression générale à propos de la gestion de ce projet est que la population du village semble peu informée, en particulier sur la date de début des travaux et sur les différentes phases de réalisation.

Lieux  publics mal entretenus :

La rue de Foy-Notre-Dame  est dans un état catastrophique.
Le long de la chaussée Ciney-Dinant, les plantations ne sont pas entretenues.
Le petit espace de détente aux abords des immeubles à appartements est complètement à l’abandon.
Le monument aux morts est dans le même état.

Le 15 juillet 2018, nous étions à Liroux et Taviet

Liroux :

Le point noir : la circulation routière dans la rue traversant le village

La proximité du zoning d’Achêne, situé juste de l’autre côté de l’autoroute E411, explique la traversée du village par un charroi inadapté. La rue étroite, avec des habitations implantées tout le long, est emprunté par des véhicules de gros gabarit roulant à des vitesses parfois excessives.

Cette circulation est également dangereuse pour la population locale, et en particulier pour les enfants accueillis dans la crèche située juste au bas de la pente.

Des soucis d’écoulement des eaux se manifestent également en temps de fortes pluies dans la mesure où les pluies récoltées par un bassin d’orage situé près de l’autoroute provoquent, en s’écoulant du bassin, des inondations dans une maison située en contrebas.

Le village vaut le détour grâce bien sûr à l’excellent établissement, l’hostellerie Gilain, mais aussi à la ferme Floymont, exploitée par un jeune fermier, qui développe un élevage de poulets élevés en plein air.

Taviet :

Un problème soulevé : l’évacuation des eaux – il n’y a pas de réseau d’égouttage collectif.  La plupart des habitants fonctionnent avec des puits perdus et des fosses septiques. La vidange de celles-ci se fait fréquemment via les filets d’eau qui bordent la chaussée ! Le manque d’entretien des filets d’eau, des fossés et des bordures entraîne des problèmes d’écoulement des eaux, usées ou non, et donc des soucis de pollution. La route menant de la chaussée Ciney-Dinant au village est dans un été comparable à celle de Grognaux

La plaine de jeux installée à l’entrée du village n’est plus conforme alors que la population enfantine du village est en forte croissance.

La chapelle, classée, constitue un élément du patrimoine communal. Toujours fréquentée, elle présente une toiture en mauvais état. L’élagage des arbres situés aux abords a tourné à la véritable décapitation !

Le balisage des promenades qui aboutissent ou partent de Taviet  n’est pas mis en valeur.

Le village a un grand potentiel attractif grâce au calme qui y règne (faible trafic routier), à la grande valeur du bâti existant et au développement limité des nouvelles constructions.

Le village bénéficie aussi d’une excellente table (L’orée du goût) et d’un club de balle pelote sympathique, le dernier de la commune (Taviet Progrès). Le terrain est en bon état mais les installations sont assez sommaires

8 juillet 2018, « Nos vacances, c’est vous » à Neffe

Le point noir unanime : le projet immobilier sur les parcelles Mr Bricolage et Val de Neffe

Vu la situation de ces parcelles, en bord de Meuse, face aux Rivages et au rocher Bayard, il est évident que l’endroit est parfait pour un projet immobilier. Celui-ci doit, néanmoins, respecter le confort des habitants actuels et s’intégrer positivement dans le bâti existant.

L’immeuble « Val de Neffe » est sous la menace d’une rapide détérioration ou d’un acte de malveillance.

Lieux communautaires :

La place Monseigneur, située favorablement à côté de l’école libre, est un espace de jeux sous-exploité. L’espace vert est à l’abandon. Le terrain de pétanque du « cochonnet mosan »  avec des restes de bancs abandonnés, le fléchage des promenades pose problème, l’ancienne école maternelle est à l’abandon.

Le monument aux morts est couvert de végétation.

Le terrain de football est un endroit bien animé lors de la saison footballistique. Le club occupe une buvette avec des vestiaires assez rudimentaires. Les locaux ont dû être sécurisés dernièrement suite à de nombreuses incursions. Des jeux pour enfants y ont été placés en 1995 mais ne sont plus entretenus depuis des années.

La circulation automobile :

Deux voies de communication principales desservent le quartier :

– La chaussée Dinant-Givet qui est, sur certaines portions, trop étroite pour permettre le croisement des véhicules. En pleine ligne droite, la vitesse y est aussi souvent excessive.

– Le charreau de Neffe relie la chaussée, via le passage à niveau et une rue très étroite, à une entrée/sortie technique permettant de rejoindre l’autoroute Charlemagne. La portion de route entre le passage à niveau et la chaussée Dinant-Givet, très étroite et fréquentée par des enfants, est particulièrement dangereuse.

1er juillet, 1ère étape de nos vacances : Lisogne-Thynes

Lisogne les inaugure.

Notre rendez-vous est à l’église. Elle est en excellent état mais sa fréquentation est modeste. Le monument patriotique est couvert de végétations et peu mis en valeur.  Le chemin du bassin est couramment utilisé comme « contournement » du centre de Lisogne par les usagers de la route. Or, la largeur de la voirie est insuffisante pour permettre le croisement de deux véhicules, a fortiori lorsque l’un de ceux-ci est un convoi agricole ;  les espaces publics sont insuffisamment entretenus.

 

Thynes clôture cette première journée de vacances.

Le point noir unanime : la route de Grognaux.

Problème général de l’entretien des projets environnementaux à cet endroit (vergers conservatoires, étang dormant, aire de pique-nique, chapelle Notre-Dame). Ces lieux sont très régulièrement visités par les usagers de la route (cyclistes, rallye touristique, motos). Le château-ferme de Thynes est un monument exceptionnel, situé à proximité de la crypte romane (patrimoine classé). Il est dans un état encore relativement bon mais n’est plus habité ; l’aire devant la crypte romane est difficilement accessible ; le sentier conduisant au lavoir de Thynes est rarement entretenu. Les poubelles de l’aire de pique-nique des fonds de Leffe sont insuffisantes et trop rarement vidées. Il est important de préserver et entretenir les espaces partagés, terrains de jeux, etc.

La route de Sovet est dégradée et nécessite une importante réfection.

L’école du village de Thynes est un élément essentiel pour la vie locale. Elle doit être soutenue.

 

L’urbanisation des villages de Thynes et de Lisogne est complètement différente. Chaque localité possède ses caractéristiques.

L’offre en transport en commun reste compliquée entre ces villages et les agglomérations urbaines voisines (Ciney, Dinant).

Nos vacances c’est Vous

Tous les dimanches matin en juillet et août, jusqu’au 9 septembre, les candidats de la liste ID! ont visité tous les villages de la commune, afin d’aller à la rencontre des habitants et écouter leurs souhaits et leurs préoccupations. De Lisogne à Furfooz, de Dréhance à Leffe, en passant par Neffe, Thynes, Awagne, Taviet, mais aussi Falmagne-Falmignoul, Herbuchenne – Gemechenne, etc. ce ne sont pas moins de douze visites qui ont été menées. A chaque fois, les commentaires des habitants ont été scrupuleusement notés et compilés dans un mémorandum qui inspirera notre programme et la politique que mènera notre majorité.

Le 19 juin, ID! recevait Olivier De Schutter, pour une conférence

Il est des personnes que l’on admire beaucoup et qu’on rêve de pouvoir rencontrer. Olivier De Schutter en fait partie.
Docteur en droit diplômé de l’UCL et de la Harvard University, ancien rapporteur de la FAO auprès des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, Professeur de droit international à l’UCL et aussi à Science Po, Paris, Olivier De Schutter me semblait inaccessible.
Mais voilà, il est aussi administrateur du Réseau Transition, et là nous nous sommes lancés…
Pour terminer ce cycle de conférences où nous avons abordé différents thèmes, en relation avec nos groupes de travail :
– jeunesse, gouvernance, cadre de vie, qualité de vie, attractivité économique, mobilité,
il était important de pouvoir ouvrir la porte au citoyen, à la résilience. Dans une actualité qui nous parle d’effondrement, de montrer que les ressources sont en nous, que l’économie se veut symbiotique, que l’écologie se veut humaine, et que le renouveau politique est l’affaire de tous les citoyens.
Olivier, nous vous remercions du fond du cœur d’avoir accepté l’invitation de « Dinant en Transition » et du groupe « Intérêt des Dinantais » où nous travaillons pour une vie meilleure, plus résiliente, plus cohérente, en accord avec nos valeurs d’humanité, d’écologie, et de respect. Car, « agir rend heureux ».